Rechercher

12 films à connaitre pour inspirer votre travail d'acteur

Dernière mise à jour : 10 mars

Il y a des films qui sont faits pour être vus et revus, ils nous accompagnent au fil de votre vie comme des chansons. On a besoin de les retrouver pour les explorer davantage et certains d'entre eux sont si riches qu'ils garderont toujours une part de mystère, ce qui nous pousse à les visionner encore.


Un réalisateur se nourrit de films pour comprendre ce qu’est la mise en scène, la construction d’un récit, la lumière, les mouvements de caméra, l’interprétation. Cela concerne tout autant un acteur. Et c'est une part agréable du travail personnel que d'observer de près ce qui fait la force d'une œuvre. Cela permet de comprendre comment fonctionne une scène, de quelle façon les interprètes évoluent dans le cadre, se déplacent, utilisent leur voix et font passer toute une gamme d'émotions.


Pendant longtemps, lors des séances de coaching, j'ai présenté des extraits de films - souvent les mêmes -, parce qu'il deviennent des outils de travail. La scène d'ouverture de Rosetta, de Jean-Pierre et Luc Dardenne, permet de voir un crescendo émotionnel lors d'un conflit à trois personnages, sur fond de licenciement. Comment se placent-ils ? Comment parlent-ils au milieu du chaos, ? De quelle façon la scène bascule-t-elle jusqu'à son climax ?


Pareil pour Ladybird, de Ken Loach, qui permet d'introduire l'importance de la biographie du personnage principal : Maggie Conlan, grâce au flashback de la première scène. Femme impulsive et souvent borderline, on comprend, en voyant un retour en arrière où son père battait sa mère lorsqu'elle était toute gamine, l'origine de son mal être.


Aujourd'hui, j'aime toujours découvrir de nouveaux auteurs, aller vers des cinémas que je connais mal ou avoir un coup de foudre pour un ovni tourné à l'arrache, mais j'ai besoin également de me replonger dans mes films de chevet Cet aller-retour entre le présent et le passé crée un bon équilibre.


Souvent, je rencontre des acteurs qui souhaitent tourner, mais ne sont pas nécessairement cinéphiles. On met des années à se créer sa filmothèque idéale, alors par où commencer ? Là encore, impossible d'y répondre. Lors de nos échanges, je les invite simplement à s'intéresser à un cinéma proche de la réalité, en partant des années 60, pour remonter à nos jours. On peut ainsi voir de quelle façon l'authenticité de grands interprètes est toujours une source d'inspiration.


Aujourd’hui, les films sont faits pour être partagés. Grâce aux plateformes de streaming et à la VOD, il est facile d’envoyer un lien, de faire connaitre une œuvre importante. C'est éclairant, pour les acteurs de connaitre des films qui restent de vrais modèles.


Bien sûr, cette liste est loin d’être exhaustive ; en voici un échantillon :



1 - Faces, de John Cassavetes

Mon tout premier film de John Cassavetes. Je découvre la puissance de l’interprétation, la folie des personnages filmés par une caméra en liberté totale. Un vrai choc.


Après une nuit un peu folle, Richard rentre chez lui et se dispute avec sa femme Maria. Après lui avoir annoncé son intention de divorcer, il claque la porte et part retrouver une autre femme. Maria décide alors de passer la nuit dans un night-club avec ses amies. Elle y rencontre Chet avec qui elle termine la nuit. Au matin, Richard revient à la maison alors que Chet part sur la pointe des pieds. C'est le moment d'un premier face à face vital pour ce couple en chute libre..





2 - Loulou, de Maurice Pialat


Le trio inoubliable Isabelle Huppert, Gérard Depardieu, Guy Marchand. Une histoire d’amour poignante où les acteurs s’effacent pour laisser place à la vraie vie, telle qu’on l’a rarement vue sur un écran.


Un soir, Nelly rencontre Loulou, un jeune paumé qui a passé quelques mois en prison, suite à des vols sans envergure. Violemment mise à la porte par son mari, elle part vivre avec lui. Bientôt elle attend un enfant, mais Loulou ne change pas sa vie de marginal, et reste partagé entre les copains et les petits braquages nocturnes. Blessée par cette attitude, Nelly décide de ne pas garder l'enfant.





3 - La promesse, de Jean-Pierre et Luc Dardenne


Une claque de découvrir ce second film des frères Dardenne qui les a fait connaitre. La révélation de deux acteurs époustouflants, dont l'authenticité apporte au film toute sa force : Jérémie Renier et Olivier Gourmet.


Dans la banlieue liégeoise. Roger vit d'un système sordide parfaitement au point. Il gagne sa vie en `important' des immigrants clandestins qu'il emploie ensuite, pour des salaires de misère, sur le chantier de son propre immeuble. Igor, son fils de quinze ans, ne voit rien de la monstruosité de son géniteur et se laisse convaincre sans difficulté d'abandonner sa place d'apprenti mécanicien pour seconder son père.





4 - La graine et le mulet, d’Abdelatif Kechiche


J’avais aimé La faute à Voltaire et L’Esquive. Celui-ci est sans doute mon préféré, pour la liberté des acteurs qui incarnent de vraies personnes et non des personnages. Coup de cœur pour la scène finale : une transe qui tient de la durée des plans et rend le film passionnant..


Sète, le port. Monsieur Beiji, la soixantaine fatiguée, se traîne sur le chantier naval du port dans un emploi devenu pénible au fil des années. Père de famille divorcé, s'attachant à rester proche des siens, il traverse une période délicate de sa vie où tout semble contribuer à lui faire éprouver un sentiment d'inutilité. Une impression d'échec qui lui pèse depuis quelques temps, et dont il ne songe qu'à sortir en créant sa propre affaire : un restaurant.




5 - Happy together, de Wong Kar Waï


Une caméra virtuose nous entraine au cœur de la passion tumultueuse de deux personnages exilés au bout du monde. Impossible d’oublier la B.O où se mêlent le tango d’Astor Piazzola, la guitare de Franck Zappa. La scène finale, dans les lumières de Hong-Kong, est un pur moment de bonheur cinématographique.


Lai Yiu-fai et son petit ami Ho Po-wing viennent de Hong Kong. Autant Lai est sérieux, autant Ho est bohème, voire un peu voyou. Les deux jeunes hommes décident de partir pour l'Argentine, mais, une fois là-bas, ils se disputent et se séparent. A Buenos Aires, tandis que Lai a trouvé un emploi de portier dans une boîte de nuit, il voit réapparaître Ho, blessé. Il le soigne et l'héberge, si bien que Ho en profite pour s'installer chez lui et vivre à ses crochets.





6 - Un monde sans femmes, de Guillaume Brac


Une belle découverte que ce moyen métrage et la révélation de Vincent Macaigne en amoureux malchanceux. Un ton juste, une nostalgie au fil des images qui rappelle les films de Jacques Rozier comme : Du côté d’Orouët.

Une petite station balnéaire de la Côte Picarde, la dernière semaine d'août. En leur remettant les clefs d'un appartement de location, Sylvain fait la connaissance d'une jeune mère et de sa fille, aussi séduisantes l'une que l'autre. L'occasion rêvée de sortir ne serait-ce que quelques jours d'une vie solitaire dont les femmes sont désespérément absentes.





7 - Keane, de Lodge Kerrigan


Un film coup de poing. La caméra ne quitte jamais le protagoniste qui sombre dans une descente aux enfers bouleversante.


Dans les rues de Manhattan, un homme souffrant de schizophrénie recherche sa petite fille qui a été kidnappée.





8 - Sue perdue dans Manhattan, d’Amos Kollek


Voilà un bon exemple de personnage dimensionnel. Totalement imprévisible d’une scène à l’autre. Sue peut être provocante ou misérable, elle bouleverse à chaque fois. Interprétation inoubliable d’Anna Thomson.


Désespérément seule, Sue erre dans New York. De compagnies épisodiques en recherches d'emploi infructueuses, désemparée, elle se laisse peu à peu engloutir par une ville froide et agressive.





9 - La fille à la valise, de Valerio Zurlini


Une éducation sentimentale teintée d’amertume, malgré la douceur de vivre des années 60. Reste le rire triste de Claudia Cardinale et sa chanson fredonnée dans l'une des plus belles scènes du film. L’amour inconditionnel de Jacques Perrinse transformera en cynisme. Un film majeur du cinéma italien.


Aida rompt le contrat qui la liait à un groupe de musiciens pour suivre Marcello. Cependant, le jeune homme l'abandonne en chemin. Aida retrouve sa trace et rencontre son jeune frère, Lorenzo. Ce dernier désapprouve la conduite de Marcello et éprouve de la compassion pour Aïda. Une compassion qui va se muer rapidement en fascination, puis en amour.





10 - All or nothing, de Mike Leigh


Une vérité absolue des personnages. Le cinéma de Mike Leigh se construit sur une base d’improvisations et demande l’implication totale de chaque acteur. Une chronique sociale sans concessions, des personnages désespérés, en quête d’amour, qui nous hantent longtemps après.


Phil, un chauffeur de taxi, et Penny, une caissière dans un supermarché, voient leur vie de couple et de famille se désagréger. Survient alors un événement qui va transformer leur vie et leur faire à nouveau découvrir l'amour.





11 - Enter the void, de Gaspar Noë


Expérience hypnotique qui plonge le spectateur dans un grand trip hallucinatoire, après la mort du protagoniste. Des acteurs en liberté chez Noë. La plupart du temps, il se sert d’une trame, ne donne pas de scénario. Un regard différent sur le cinéma et ses possibilités qu’il réinvente à chaque film.


Oscar et sa sœur Linda habitent depuis peu à Tokyo. Oscar survit de petits deals de drogue alors que Linda est strip-teaseuse dans une boite de nuit. Un soir, lors d'une descente de police, Oscar est touché par une balle. Tandis qu'il agonise, son esprit, fidèle à la promesse faite à sa sœur de ne jamais l'abandonner, refuse de quitter le monde des vivants.





12 - Ladybird, de Ken Loach


Film tendre et cruel. Crissy Rock qui tient le rôle-titre, actrice de stand-up, est bouleversante en mère blessée, à la fois poignante et en révolte contre un système implacable. Des scènes qui prennent aux tripes ; l'un des films les plus importants de Ken Loach.


Maggie a eu quatre enfants de quatre hommes différents. A la suite d'une liaison violente, l'assistante sociale lui retire la garde de ses enfants. Elle rencontre Jorge, réfugié latino-americain et parvient enfin au bonheur. Ensemble, ils vont tout tenter dans un long combat contre l'administration pour reprendre les enfants de Maggie.



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout